Le Mur de toutes les actualités…

Le Monument international de la Réformation, dit « Mur des réformateurs » (1917)

…Mais d’où vient-il ?

 

19ème siècle : l’idée fait son chemin

Le Mur des réformateurs, de son vrai nom « Monument international de la Réformation », est l’aboutissement d’un siècle d’essais initiés entre autres par le comte Jean-Jacques de Sellon, philanthrope, pacifiste, homme politique et  fondateur de la société de la Paix. Le Genevois de Sellon, également grand collectionneur d’objets d’art, lance en 1814 à l’occasion du 250e anniversaire de la mort de Calvin une souscription afin de réaliser une statue géante du réformateur dans l’axe de la porte Neuve (aujourd’hui la place Neuve).

En ce début de 19ème siècle, la situation religieuse est complexe à Genève. Elle vient de devenir un canton suisse et son territoire, auparavant morcelé, a été réuni, ce qui a pour conséquence une augmentation du nombre de catholiques.  L’État refuse de voter le crédit nécessaire à l’érection de la statue. Jean-Jacques de Sellon érige finalement une grande pierre tombale pyramidale en terrain privé, sur la terrasse de sa propriété de la rue des Grange.

Précisons que Calvin s’est toujours opposé à  la célébration des morts telle que la pratiquait l’église catholique. Lui-même a d’ailleurs été enterré comme tout Genevois dans la fosse commune et a refusé tout mémorial par crainte de comportements idolâtriques sur sa personne.

Au milieu du 19ème siècle, un marbrier propose d’élever un simple monument aux initiales de Jean Calvin, JC, dans le cimetière des Rois. Ce pavé,  devenu « la tombe de Calvin », a été refait depuis. Puis dans la 2ème moitié du 19ème siècle, Jean-Henri Merle d’Aubigné propose un édifice avec statues et bibliothèques, un Calvinium, qui devient la salle de la Réformation.

Origine du monument

A l’aube du 20e siècle,  la mode est à la statuomanie : on érige des monuments pour les grands hommes dans les jardins et sur les places. On les place sur un socle, un piédestal. C’est aussi l’époque de la tour Eiffel et de la statue de la Liberté. A Genève se repose alors la question d’un monument à Calvin. On ne sait toujours pas si ce dernier aurait apprécié, mais les protestants souhaitent  réaffirmer leur foi dans la cité. Et ils trouvent la solution : élever un monument non pas à Calvin lui-même, mais à la Réforme calvinienne.

Un comité se réunit autour du professeur, historien et juriste Charles Borgeaud, avec pour idée de montrer que le régime moderne de la démocratie doit beaucoup à la Révolution française mais encore plus à la Réforme.

Cependant, le récit historique qui lie Réforme et diffusion de la tolérance bute sur un obstacle de taille, qui nourrit de nombreuses controverses: la condamnation à mort pour hérésie en 1553 du médecin espagnol Michel Servet par les autorités genevoises, avec l’aide de documents fournis par Calvin. Ces controverses obligent les défenseurs du Mur à ériger au préalable, à Champel, non loin du lieu où Servet a été brûlé, un monument expiatoire. Il s’agit ainsi de mettre un terme à ces polémiques.

Nous sommes maintenant en 1907. Deux ans plus tard, ce sera le 400ème anniversaire de la naissance de Calvin et le 350ème anniversaire de la fondation de l’Académie; un grand jubilé de la Réforme  est prévu à Genève. Il faut alors prendre les devants.  Devant ces échéances, le comité qui s’était réuni autour de Charles Borgeaud sort de l’ombre et se fait connaître à la population. Un nouveau comité est nommé, dans lequel les historiens supplantent les pasteurs. En effet,  le monument doit viser un but informatif pour les touristes et pour les visiteurs. Pour réunir de l’argent sans faire appel ni à l’état ni à l’Eglise, une souscription est lancée à Genève, en Suisse et dans les pays voisins et anglo-saxons héritiers de la Réforme.

Choix de l’emplacement

Genève voit sa configuration topographique se modifier complètement au milieu du 19ème siècle : jusque-là enserrée dans ses murailles, ces dernières sont alors démolies. Sur ce nouveau collier  de terrains disponibles, des églises sont alors enfilées comme des perles, pour reprendre la jolie expression de David Ripoll. Des églises catholiques et russe ainsi qu’une synagogue sont construites. C’est dans ce contexte de tolérance religieuse que le projet de Monument va prendre forme. Contenter tout le monde par le choix d’un emplacement idéal n’est pas aisé. Les protestants hésitent au point de devenir la risée des caricaturistes locaux. Finalement, l’emplacement du parc des Bastions est arrêté. Les Genevois sont très attachés à leurs parcs,  et les Bastions sont l’une des plus belles promenades de la ville.

Le concours

Un concours international ouvert est organisé en 1907. Cette date est également celle de la séparation officielle de l’Eglise et de l’Etat à Genève. Charles Borgeaud développe le programme du concours: ce monument doit être un monument de la pensée avant d’être un monument d’art.

Septante projets arrivent à Genève,  un véritable  condensé de l’art monumental du début du 20e siècle. Le projet intitulé « Le Mur » des quatre architectes suisses Charles Dubois,  Alphonse Laverrière, Eugène Monod et Jean Taillens se distingue.  Il s’inscrit  dans le plan de la fortification existante.

Un deuxième concours est organisé pour la partie « sculpture », remporté par les sculpteurs parisiens Paul Landowski (qui réalisera le Christ de Rio en 1931) et Henri Bouchard.

La construction

La pose de la première pierre est faite lors des cérémonies de 1909 qui réunissent des représentants des églises réformées d’Europe.

Le chantier ne se passe pas comme une lettre à la poste. Il interrompu par des grèves ; l’iconographie doit être modifiée au fur et à mesure en fonction de la provenance des souscriptions ; les architectes se séparent ; les deux sculpteurs partent à la guerre et l’argent manque.

L’inauguration

Finalement après 15 ans de labeur, le monument est inauguré en juillet 1917, en pleine guerre et sans grande pompe ni journalistes mais avec un discours mémorable du conseiller fédéral Gustave Ador.

Qu’y voit-on ?

Citons Alexandre Fiette, directeur de la maison Tavel et directeur du l’ouvrage « Faire le Mur » : « L’Histoire […] nous livre des pistes pour la compréhension de l’importante paroi sculptée. Evitant un culte de la personnalité pour évoquer une « généalogie » calvinienne à travers ses protagonistes, le programme iconographique défend le concept d’une démocratie fille de la Réforme. L’initiative du projet, individuelle au départ, deviendra collective par un exercice… démocratique ! »

Le tout a été pensé comme un monument d’apprentissage et doit s’aborder comme un livre à lire. Ce n’est pas un projet religieux ; en-dehors des quatre personnages principaux au centre, tous les personnages représentés sont des hommes politiques. Le monument étant international, on peut y lire l’œuvre et l’influence du calvinisme dans divers pays.

Au centre donc,  les quatre  grands prédicateurs : Guillaume Farel, Jean Calvin, Théodore de Bèze et John Knox, vêtus de la « robe de Genève ». De chaque côté se lisent six grandes pages nationales représentées par six personnages : l’amiral de Coligny pour la France, Guillaume le Taciturne pour les Pays-Bas, le grand électeur Frédéric-Guillaume de Brandebourg, protecteur des réfugiés huguenots pour l’Allemagne, Roger Williams pour les Etats-Unis, Olivier Cromwell pour l’Angleterre et Etienne Bocskay pour la Hongrie.

Les bas-reliefs et les inscriptions complètent la documentation.

De part et d’autre du Mur, deux parallélépipèdes gravés aux noms de Luther et Zwingli rendent hommage aux deux autres grands réformateurs, en Europe et en Suisse en particulier.

La seule femme du Mur est Marie Dentière, l’épouse d’Antoine Froment. Ancienne nonne, elle participe aux prédications évangéliques pour convertir les femmes genevoises et notamment les religieuses. Elle sera critiquée par Farel et Calvin pour sa liberté de parole. Isabelle Graesslé lui a rendu ses lettres de noblesse et depuis 2002, le nom de Marie Dentière est désormais gravé sur le Mur des réformateurs en raison de son engagement théologique (en fait sur une pierre à côté, mais bon).

En chiffres:

  • Le Mur mesure environ cent mètres de long
  • Les quatre grandes figures du milieu ont une hauteur de 5 mètres
  • Au total, 10 statues composent le Monument

La Réforme genevoise a eu lieu avant Calvin

Les idées luthériennes sont diffusées dans la cité dès les années 1520. Elles engendrent alors une agitation religieuse qui n’est pas le fait de l’action individuelle d’un réformateur, mais qui émane d’une mobilisation collective.

On croit communément que la Réforme genevoise commence en 1536. Or, l’adoption officielle par l’assemblée des citoyens genevois le 21 mai 1536, avant même l’arrivée de Jean Calvin dans la cité, ne vient qu’entériner un long processus dont les prémisses sont apparues à Genève –comme un peu partout en Europe- près de quinze ans auparavant, avec la première diffusion des idées luthériennes.

Anouk Dunant Gonzenbach

Pour en savoir plus

Le texte ci-dessus s’inspire très largement des deux ouvrages et du documentaire ci-dessous:

Le Mur, un retard en pierre, Réalisation: Roland Pellarin, Production: Stratis SA, RTS et France Télévisions, film documentaire, 2015.

Faire le mur? Le monument international de la Réformation a 100 ans, sous la dir. d’Alexandre Fiette, MAH, 2017.

Grosse, A. Dunant Gonzenbach, N. Fornerod, D. Solfaroli Camillocci, S. Vernhes Rappaz, Côté chaire, côté rue. L’impact de la Réforme sur la vie quotidienne à Genève (1517-1617), La Baconnière, 2018.

Une image d’un autre genre pour continuer la discussion ?

Marie Dentière sur la pierre de côté, vous l’avez vue ? En fait, à l’occasion de l’exposition « Rendre la Réforme aux genevois », une traversée revisitée au présent des archives genevoises de la Réforme, présentée aux Bains des Pâquis en juin 2018, on a bien trouvé une Marie Dentière en pleine forme au pied du Mur, c’est le cas de le dire. La prise de vue est de Jean Stern, et l’exposition au complet est visible ici.

Marie Dentière, Mur des réformateurs, 2018